Articles

Que faire d’un cadeau « raté »?

Personne n’est à l’abri du tant redouté cadeau raté. Que nous l’offrions ou que nous le recevions, les goûts divergent d’une personne à l’autre et l’erreur est humaine. L’essentiel est bien sûr le plaisir de l’offrir et de le recevoir.

Il n’en reste pas moins qu’un cadeau raté peut aussi mettre mal à l’aise:

  1. Non, vraiment, ce foulard « flamants roses » ne trouvera pas de tenue avec laquelle s’accorder (cadeau dépareillé),
  2. Mais ce serait cruel pour Tatie Simone de lui dire que nous ne pouvons plus les voir en peinture ces maudits flamants roses (cadeau culpabilisant)!
  3. Va-t’il finir, comme d’autres avant lui, au fond de l’armoire à croupir pendant des années (cadeau encombrant)?

Prenons le problème à l’envers: que dirait Tatie Simone si elle savait à quel point le cadeau, qu’elle a eu tant de plaisir à nous offrir à Noël ou à notre anniversaire, nous empoisonne en fait la vie?

Pas sûr que, vu sous cet angle, elle nous en veuille de nous en délester. L’objectif premier du « présent » n’est-il pas de faire plaisir à l’instant « présent »?

Personnellement, je ne voudrais pas qu’un de mes cadeaux encombre la personne à qui je l’ai offert. Qu’en pensez-vous? Vous êtes-vous déjà interrogé(e)s à ce sujet?

Tout ça pour dire que personne ne devrait culpabiliser de ne pas conserver ce type de cadeau. Le cadeau a accompli sa vocation première et peut voguer vers une autre destinée qui pour une fois, sera autre que : décrépir au fond de l’armoire et nous faire nous sentir coupable chaque fois que nous remettons la main dessus, tout en occupant inutilement notre espace.

I – Mais d’abord, qu’est-ce qu’un cadeau raté?

Un cadeau raté pour l’un est un cadeau réussi pour l’autre. Chacun ses goûts! On peut considérer qu’un cadeau est raté quand:

  • l’objet en lui même ne nous plaît pas,
  • le vêtement est trop grand ou trop petit et on ne peut pas l’échanger,
  • l’objet nous plaît dans l’absolu mais ne nous correspond pas (ex: une horloge coucou pour un intérieur design),
  • l’objet nous est inutile (ex: le service à raclette alors qu’on déteste le fromage)…

II – Le dire ou ne pas le dire? Comment?

Dire à quelqu’un que son cadeau ne nous plaît pas est très délicat. Je dirais que cela dépend de plusieurs choses:

  • Le degré de proximité que nous avons avec la personne: est-ce quelqu’un de très proche ou pas? Peut-on se confier sans crainte à cette personne ou pas?
  • Son caractère: est-ce une personne qui se vexe facilement ou est-ce quelqu’un de compréhensif?
  • Notre façon de le dire: si nous estimons manquer de diplomatie, mieux vaut s’abstenir,
  • La raison pour laquelle le cadeau est raté: l’erreur de « taille » est moins vexante que l’erreur de « goût »!

Dans 90% des cas, vous allez préférer vous taire, ce que je peux aisément comprendre…

Mais si vous décidez de le dire, il faut bien choisir ses mots. La première chose à faire est d’exprimer sa gratitude:

 » Je te remercie beaucoup pour ce cadeau. Tu m’as fait très plaisir… »

Dans un second temps, il faut exprimer son intention:

« Je ne saurais pas avec quoi le porter (le fameux foulard « flamant rose »), alors je pense que je vais l’échanger pour pouvoir en profiter. »

ou

« J’ai déjà ce type d’objet alors je vais en faire don à quelqu’un qui en a besoin. »

ou

« C’est une super idée de cadeau mais je souhaite le revendre afin de pouvoir acheter un autre objet dont j’ai vraiment besoin. »

Si vous présentez les choses de façon positive, avec gratitude et avec le sourire, le message passera avec sincérité et bienveillance.

III – Comment se délester des ces cadeaux ratés?

Il y a plusieurs façons de faire sortir de chez soi un cadeau mal choisi. Sans avoir oublié de ressentir de la gratitude envers ce geste d’une autre personne envers vous, vous pouvez choisir l’un de ces 3 canaux:

1- Le don.

Beaucoup d’associations seront plus que ravies de recevoir ces cadeaux. Vous leur offrez ainsi une seconde vie très joyeuse!

NB: Spéciale dédicace à la Cravate Solidaire qui récupère vêtements et accessoires compatibles avec la recherche d’emploi.

D’autres objets peuvent trouver preneur auprès de votre entourage. Le dernier CD de Justin Bieber plaira sans doute à votre petite nièce et le fameux foulard « flamants roses » collera parfaitement avec le style de votre meilleures amie. Assurez-vous tout de même que cela leur fait vraiment plaisir afin de ne pas reproduire l’effet de votre « cadeau raté ».

2 – L’échange

Aujourd’hui, certains articles sont accompagnés d’un ticket de caisse « échange ». Ne vous en privez surtout pas, que le problème vienne de la taille ou pas!

3 – La revente

Enormément d’objets se revendent très facilement sur internet ou dans les magasins de seconde main. C’est une des possibilités mais il ne faut pas nonplus que ce soit systématique car il vaut mieux communiquer au préalable avec nos proches afin qu’ils connaissent mieux nos attentes et nos aspirations. Nous allons voir tout de suite comment procéder.

IV – Comment faire pour ne plus recevoir de cadeaux ratés?

La clef, comme dans beaucoup d’autres domaines: la communication!

Vous limiterez considérablement le nombre de cadeaux ratés en parlant avec votre entourage. Ce sera moins facile d’en parler avec l’oncle Bernard que vous voyez une fois à Noël mais il est possible qu’il cherche à se renseigner auprès des personnes plus proches. Vous ne perdez donc rien à discuter « cadeaux », qu’ils soient pour vous ou pour les autres, avec votre entourage.

Il y a aussi peu de chance de se tromper avec des cadeaux « loisir » ou des cadeaux « consommables ». Exemple, une invitation au restaurant a toutes les chances de faire plaisir à tout le monde et n’encombre aucunement votre intérieur.

Donc, si vous dites à vos proches que vous préférez des cadeaux » instants passés ensemble » (une sortie, un resto, une place de musée), tout le monde appréciera!

Vous évitez ainsi la « liste de Noël » tout en mettant toutes les chances de votre côté.

L’objectif premier d’un cadeau, c’est de faire plaisir à celui qui le reçoit et à celui qui l’offre, à l’instant présent.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire! Et si vous avez des vestiges du passé, des cadeaux gardés au fond des placards, souvenirs de déconvenues passées, mettez dès maintenant ces conseils en pratique.

Si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à les noter dans les commentaires. Elles viendront enrichir cet article.

Je vous souhaite plein de beaux cadeaux réussis!

 

 

 

Publicités
Articles, Non classé

Pourquoi ai-je voulu devenir consultante KonMari?

« Tiens ! C’est original ! », « Tu crois que tu vas trouver des clients ? », « C’est génial comme idée ! » ou le fameux : «…. ? », silencieux mais qui en dit long, accompagné d’un regard (vous voyez le sourcil relevé ?) qui en dit tout aussi long…

C’est la liste non exhaustive des réactions que j’entendais quand je parlais de mon intention de devenir consultante en rangement. Alors, j’ai demandé conseil à un jeune créateur d’entreprise farfelu (pour moi, être farfelu est une qualité) pour surmonter les réactions diverses et variées qui parfois me déconcertaient. Sa réponse a été claire et, je dois dire, pleine de bon sens (comme quoi, le simple fait d’être farfelu tient au fond du bon sens). Il m’a conseillé d’expliquer le bien qu’apporte aux autres cette activité. Bon sang mais c’est bien sûr ! Cela s’appelle la « phase d’éducation » en langage marketing.

ÇA, C’ETAIT AVANT.

Tout commence par un bref reportage au JT sur cette nouvelle activité. Effectivement, peu de personnes savent ce qu’est le conseil en rangement (ou « Home organizing » mais je n’aime pas trop les anglicismes). Je me dis : « mais c’est génial, c’est original ! Je dois m’y mettre». Mais en fait, je n’ai rien fait parce que je n’avais ni le temps ni le courage de le faire.

Puis, je commence à me sentir mal à mon poste de travail. Je me demande ce que je fais là, je pars au travail avec la boule au ventre. Petit à petit, la boule au ventre revient en pleine journée, puis en pleine nuit, puis elle ne me quitte presque plus. Les pensées se déchaînent dans ma tête : « je déteste ce job », « tout m’ennuie… », « ce que je fais n’a aucun sens »,…

Les branches auxquelles je me retiens comme les collègues sympas et la sécurité toute relative de mon emploi finissent par céder à coup de « si je voulais, je pourrais encore être assise sur cette même chaise dans 25 ans… ! ». Comment envisager cela sans tomber dans une profonde déprime ? Passer 25 ans à souffrir ne me paraît plus envisageable. Je veux exercer un métier qui a du sens ! De toutes façons, mon salaire ridicule ne manquera que de façon négligeable au budget de notre foyer. Je me dis que si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferai jamais. La décision est prise : je quitte mon job !

Une question se pose alors : pour quoi faire ? Je passe mon temps libre à chercher quel métier je pourrais exercer. Un autre poste de bureau ? Certainement pas ! L’artisanat ? Pourquoi pas. Le social ? Oui mais non…

Seule certitude, je veux aider les autres à se sentir mieux. Masseuse ? Non. Thérapeute ? Y’en a trop !

Mon préavis fini et quelques jours de repos plus tard, vient alors le moment où je me demande comment occuper ce nouveau temps libre (mon bilan de compétence ne commence que dans 2 mois). Et bien je vais faire ce que je n’ai pas fait pendant des années par manque de temps : je vais réorganiser toute la maison !

LE DÉCLIC

Commence alors un dur labeur. Par où commencer, comment s’y prendre ?… Je commence donc, un peu désorganisée. Je m’y prends mal. Je fais des recherches sur internet. Je rectifie le tir au fur et mesure. Quelle perte de temps ! Je redécouvre ces femmes qui aident les autres à ranger et organiser leur intérieur. Tout au fond de moi, je me dis que c’est ce que je veux faire mais je range cette pensée dans les tréfonds de mon cerveau. Petit à petit, je trouve des méthodes pour tout réorganiser. Je découvre par hasard la Méthode KonMari et je lis laborieusement La Magie du Rangement. Je décide d’appliquer sa méthode.

Au fur et à mesure, je me sens beaucoup mieux. Je me débarrasse de tout ce qui m’encombre et me pollue et je ne garde que ce qui m’apporte de la joie. Les objets qui me sortent pas les yeux, qui n’ont aucune utilité ou ceux qu’on garde en se disant : « ça pourra servir un jour » : à la benne ! Les autres trouvent une place logique et pratique.

A ma grande surprise, je constate que tout devient beaucoup plus facile. Le temps passé à faire le ménage raccourcit considérablement du coup, j’ai plus de temps pour moi et ma famille.

Ranger n’est plus une corvée puisqu’il est devenu simple de remettre l’objet à sa place au lieu de le laisser traîner. Même les enfants s’y mettent : « Maman, on devrait trier les vêtements qui ne me vont plus. » Ça alors, je n’en reviens pas ! Je les mets à contribution et trient leurs livres, leurs jouets…

Quelle satisfaction ! Quelle légèreté d’esprit !

L’idée de faire de cette activité mon métier prend de plus en plus d’ampleur.

Arrive mon bilan de compétences. Mes attentes principales : vers quel type de métier me tourner et suis-je capable d’entreprendre ? A l’issue du bilan, je n’ai plus de doute. Je veux aider les autres à s’entourer d’objets qui leur apportent de la joie!

Un voyage à San Francisco et des mois de préparation plus tard, je deviens enfin Consultante KonMari certifiée! La première en France! Je vous laisse imaginer la joie et la fierté que j’ai ressenties!

POUR LES AUTRES

Je suis bien placée pour dire que quand on rentre chez soi, on a envie de se détendre, de se sentir à l’aise. On n’a pas envie de passer son temps en ménage et autre rangement. On n’a pas envie de culpabiliser parce qu’on n’a pas envie de faire telle ou telle autre corvée.

L’organisation d’intérieur permet de se réconcilier avec son espace de vie, d’en faire un havre de paix. Tout devient plus simple. Tout devient plus beau. Nous sommes allés à l’essentiel, nous nous sommes débarrassés de certaines de nos contraintes. On se sent bien !

Par extension, on applique la même méthode aux autres aspects de sa vie. On ne s’entoure que de gens qui donnent de la joie, on trouve des méthodes d’organisation pour nous faciliter la vie au travail…

Ranger avec la méthode KonMari est le premier pas vers une qualité de vie meilleure !

Seulement, c’est difficile de se lancer seul.

Comme une évidence…

Moi, je l’ai fait toute seule parce que j’avais le temps et la motivation pour le faire. Mais la plupart des personnes n’ont pas le temps, ni le courage, ni la motivation. Moi, je veux les aider, leur insuffler l’énergie nécessaire, leur donner de la méthode pour le faire dans des conditions optimales.

Je veux les aider à se sentir mieux !

Contactez-moi!

Véronique pour Ledicia – Organisation

06 84 15 97 38

lediciaho@gmail.com

Articles, Non classé

Le rangement KonMari: Une Histoire de Chats!

IMG_3249
Jolie minette très curieuse!

Quand j’ai dit à une amie que, s’il y avait un chat dans une maison que j’aidais à ranger, celui-ci venait toujours se mêler des affaires de sa maîtresse, elle m’a dit que c’était tout à fait normal.

IMG_3354
Chocolat nous a beaucoup aidées!

Selon elle, les chats sont très sensibles aux énergies présentes dans une maison. Le désencombrement « bouge » les énergies et donc, le chat, intrigué, vient voir ce qui se passe…

f658a56c-3e18-4c21-b6ee-edefd823e108
Réglisse!

Je crois que les chats approuvent la méthode KonMari!

IMG_3398
Noisette, ravie de ce dodo provisoire!

Alors, si votre chat réclame un grand rangement, n’hésitez pas à me contacter!

Non classé

Les vacances sont là!

Avez-vous bouclé vos valises?

Grâce au pliage KonMari, nos vêtements passent directement de l’armoire à la valise! Gain de place assuré!Autre avantage non-négligeable: tout ce qu’on met dedans est visible. Donc, en cas de trou de mémoire, inutile de retourner toute la valise. Avouez que c’est génial ça!

Alors, qu’attendez-vous pour vous y mettre???

Non classé

Merci la boutique Herschel pour cet atelier pliage!

Merci infiniment à Dunes France et à la boutique Herschel de Châtelet-Les-Halles (la seule boutique Herschel de France, voir ici) de m’avoir offert ce moment privilégié pour échanger sur la méthode KonMari et en particulier sur le pliage vertical.

Qu’est-ce que c’était bien!!!

Il est vrai que le pliage KonMari est idéal pour voyager. Les pièces vont directement du dressing au sac ou à la valise, en optimisant au maximum l’espace disponible!

Vous connaissez déjà les sacs Herschel, que ce soit pour leur look vintage très sympa ou pour leur robustesse.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas:

sac_dos-herschel-256388z
Le sac à dos Herschel Little America

Celui-là est vraiment cool, pratique et costaud! Impeccable pour un week-end qui peut-être studieux puisqu’il comporte un espace pour les ordis 15 ».

sac_voyage-herschel-335118

`Idéal pour un week-end prolongé ou tout simplement pour la salle de sport.

valise-herschel-337996z

Idéale pour une semaine ou plus de vacances ou bien pour les fanas de vêtements et de chaussures! Ses 2 compartiments distincts peuvent aussi convenir pour les affaires de 2 personnes pour une escapade en amoureux!

Mais il y a beaucoup d’autres modèles!

Mon prochain article vous montrera plus en détail comment faire!

En attendant, je vous souhaite de bonnes vacances!

 

 

Articles

Le rangement embellit votre intérieur: bienfait n°3 de la méthode KonMari.

Je vous ai déjà parlé des deux bienfaits qui apparaissent en premier quand on range avec la méthode KonMari:

Je ne vais rien vous apprendre de transcendant en vous disant qu’un lieu rangé est plus beau!

Mais en fait, ce n’est pas le rangement qui rend votre intérieur plus beau, c’est le désordre qui l’enlaidit!

Si nous prenons le problème à l’envers, ça change toute la donne et ça nous fait  envisager l’ordre différemment.

Imaginons que nous venons d’emménager dans une maison toute neuve, avec de beaux meubles que nous avons choisis soigneusement. Nous avons pris le temps de tout ranger (bien ou mal, peu importe) et rien ne dépasse! Tout est joli, tel que nous l’avions imaginé. Nous nous sentons si bien! Vous connaissez sans doute cet état de bien-être et de satisfaction. Essayez de retrouver cet état d’esprit.

Puis, les mois et les années passent. Nous travaillons, nous élevons peut-être des enfants, nous en faisons peut-être même d’autres! Nous nous sommes habitués à notre intérieur. En fait, nous ne le voyons même plus…

Nous ne voyons plus notre intérieur comme avant tout simplement parce qu’il a changé. Nous ne le voyons plus non plus parce que NOUS, nous avons changé!

Nous ne voyons plus tout ce qui est venu charger négativement notre doux logis, toutes les choses que nous avons accumulées et pour lesquelles nous n’avons pas trouvé d’autre place que le plan de travail de la cuisine ou le dessus des armoires.

Puis un jour, comme une révélation honteuse, nous ouvrons grand les yeux pour mieux regarder notre intérieur qui jadis était si joli, et nous réalisons que notre intérieur est devenu moche…

Des objets que nous n’avons pas forcément choisis nous polluent la vue et l’esprit. Par lieux stratégiques, le désordre s’est immiscé chez nous avec patience et persévérance.

cropped-img_0518.jpg
Exposer ses objets préférés contribue à créer son monde rempli de joie!

Avec la méthode KonMari, nous gardons tous les objets qui nous mettent en joie. La joie est présente grâce à l’aspect de l’objet, à ce qu’il représente mais aussi grâce à sa fonctionnalité. Par ailleurs, la méthode demande de trouver une place pour chaque type d’objets (ex: les médicaments doivent être rangés en lieu sûr et fermé, ils n’ont rien à faire sur votre table basse!).

Le désencombrement façon KonMari allège visuellement les espaces. Par conséquent, nous pouvons mettre en valeur nos beaux meubles ou nos objets préférés.

Double avantage: la pollution visuelle est éradiquée et nous sommes entourés d’onjets qui nous inspirent de la joie!

Evidemment, il n’est pas toujours simple de déterminer ce qui nous inspire véritablement de la joie. De même, il n’est pas toujours simple de se résoudre à se débarrasser de certains objets, même s’ils ne nous apportent rien. Je suis là pour vous y aider, sans vous forcer la main ni émettre de jugement de valeur.

Le prochain article parlera des bienfaits qu’a le rangement sur nos rapports familiaux et comment l’harmonie du foyer s’améliore grâce à la méthode KonMari!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager grace aux boutons de réseaux sociaux qui figurent en bas de l’article.

Si vous souhaitez me contacter, laisser-moi un message grâce au formulaire de contact ci-dessous!

A bientôt!

Articles

Mon avis sur « De la joie d’être bordélique » de Jennifer McCartney.

Il y a quelques jours de cela, la charmante Déborah-Jane Smadjam’interrogeait au sujet des personnes qui font appel à mes services, de l’engouement autour du rangement… dans le cadre de la sortie du livre de Jennifer McCartney. Vous pouvez voir la chronique de CNews ici:  Replay CNews sur la mode du rangement et du non-rangement.

A l’occasion de l’article pour montrer le replay, je vous ai promis de lire et de vous donner mon avis sur ce livre. Et bien,… je n’aurais pas dû…

Vous aurez remarqué que j’ai mis un certain temps à écrire cet article…

Je vais vous faire une confidence:… je n’arrive pas à le terminer…

Mais comme j’ai promis mon avis…!

Alors voilà: le livre de Jennifer McCartney, De la joie d’être bordélique, est une sorte d’essai qui prend le contre pied de tous les livres traitant du rangement, du désencombrement et plus largement, du minimalisme. Elle vise plus particulièrement Marie Kondo, vous l’aurez compris…

Dès le début du livre, on comprend que l’auteure a essayé d’appliquer la méthode KonMari et,…., qu’elle a échoué (si elle s’était fait aidé par une consultante KonMari, il y en a plusieurs à NY, on n’en serait pas là! Ok, je sors…). Effectivement, il semble qu’elle connaisse extrêmement bien les grands principes de la méthode.

On apprend également que c’est une acheteuse compulsive, qu’elle doit avoir des chats et qu’elle a un souci avec l’alcool.

On comprend aussi très vite qu’elle a une grosse dose d’ironie car elle est  capable d’expliquer pourquoi elle conserve le »tailleur vert de la mère de sa copine décédée ». Par contre, je n’ai pas compris qui est décédé: la copine ou sa mère? Tout ceci exprimé dans un langage très cru mais cependant créatif car elle est capable écrire un chapitre entier sur les « tote bag ». Lire la suite « Mon avis sur « De la joie d’être bordélique » de Jennifer McCartney. »